Programma aggiornato di marzo e ordine del giorno della prossima assemblea
A causa dell'assenza di soci e membri del Consiglio Direttivo nella data precedentemente indicata, l'Assemblea dei soci programmata per il 1° marzo è stata rimandata a giovedì 7 marzo alle ore 18,... Leggi tutto...
"La signora dello zoo di Varsavia" al cineforum dell'Università Popolare
La scelta di riservare il primo lunedì di ogni mese al nostro cineforum ci permette di cominciare il 2019 con La signora dello zoo di Varsavia: la scelta di Roberta Lisi, alla quale dobbiamo il... Leggi tutto...
Programma gennaio 2019
Dopo le festività natalizie, le attività dell'Università Popolare riprenderanno lunedì 7 gennaio, col consueto appuntamento col cineforum curato da Roberta Lisi, come sempre programmato per il... Leggi tutto...
Anticipo orario conferenza di venerdì 23 marzo
Come anticipato a voce ieri, in occasione della emozionante performance poetica organizzata dal nostro Laboratorio di poesia, la conferenza di venerdì 23 marzo della prof.sa Alberta Giani... Leggi tutto...
Per ricordare meglio la nostra visita a Cavallino
Uno dei momenti più emozionanti della nostra gita culturale a Cavallino, domenica scorsa, è stata la lettura  di un breve estratto dalle memorie del duca Sigismondo Castromediano (Carceri e... Leggi tutto...
Stagione teatrale a Lecce
In allegato il programma della stagione teatrale del Comune di Lecce (teatri... Leggi tutto...
Stagione teatrale a Cavallino
  CITTA' DI CAVALLINO - TEATRO "IL DUCALE" Stagione teatrale 9 Dicembre 2017 -... Leggi tutto...
Finalmente online!
1° Settembre 2010 nasce il sito dell' "Università Popolare Aldo Vallone... Leggi tutto...
Home Sallentina Quaderno di traduzione 1. Premessa. Pour une nouvelle culture collective
Quaderno di traduzione 1. Premessa. Pour une nouvelle culture collective PDF Stampa E-mail
Sallentina
Scritto da Gianluca Virgilio   
Venerdì 31 Maggio 2013 16:07

Premessa

 

Cher Monsieur Gianluca Virgilio,

Permettez-nous, avant toute chose, de nous présenter. Nous sommes deux professeurs retraités: Annie, professeur de Lettres de l'École supérieure d'Arts Appliqués de Roubaix, et Walter, bibliothécaire-documentaliste du Lycée de Tourcoing, deux villes du nord de la France, très proches de Lille, chef-lieu du département et de la Région.
Il y a quatre ans, au hasard de nos pérégrinations à travers l'Italie, notre curiosité nous a amenés à passer par Galatina. Comme nous aimons le faire, après la visite des monuments historiques, nous avons pris le temps de flâner dans la librairie du centre-ville (La Muse) et nous en sommes ressortis avec deux de vos livres: Vie traverse et Scritti cittadini (et en prime un exemplaire de la revue ll filo di Aracne, offert). C'est avec un vrai plaisir que de retour en France au printemps 2009 nous avons pu, pour ainsi dire, continuer le voyage en votre compagnie.

À cette occasion, il nous est apparu clairement que, malgré l'éloignement géographique, vos observations et vos pensées faisaient souvent écho aux nôtres. L'histoire et la situation actuelle de nos vieilles cités industrielles sont certes différentes du contexte de Galatina, cependant, les réponses (ou l'absence de réponses...) politiques, sociales et culturelles suscitent souvent les mêmes réactions, si bien qu'il y a quelques mois, après une conversation avec d'anciens collègues et amis, nous avons entrepris, à leur intention, la traduction de Il treno della memoria, che noia! Et, prenant plaisir à l'exercice, nous avons traduit plusieurs autres articles du recueil, parce que nous tous ici aussi, nous connaissons des "Helèna", nous voyons disparaître des "Teatro Tartaro", nous nous demandons comment transmettre aux nouvelles générations notre goût des livres, nous cherchons encore une "nuova cultura collettiva".

Voilà ce que nous voulions vous dire, en forme de remerciement.

Une chose encore: notre fils organise une bibliothèque numérique [http://dl.dropboxusercontent.com/u/22505812/e1b2o3o4ok6s7/_catalog/index.html], qu'il met à la disposition de son cercle, tout à fait gratuitement. Si vous n'y voyez pas d'inconvénient, dans le seul but d'élargir les échanges, nous lui proposerons nos traductions françaises de vos textes. Et naturellement, en cas d'accord, nous vous enverrons les fichiers-sources.
Il reste à vous demander pardon de ne pas vous écrire dans votre belle langue. D'une part, notre connaissance de l'italien est plutôt "passive", d'autre part nous sommes sûrs que votre culture classique vous permettra de nous lire, sinon avec plaisir, du moins sans difficulté.

Bien cordialement, et avec nos meilleurs sentiments.

Annie et Walter Gamet

 

Ho ricevuto questa lettera il 22 maggio 2013 con grande meraviglia: due turisti francesi, professori in pensione, Annie e Walter Gamet, di passaggio a Galatina nella primavera del 2009, durante un tour nel Belpaese, hanno acquistato due dei miei libri e hanno deciso di intraprenderne la traduzione, almeno di alcune parti, nella loro lingua. Che dire? Che non solo ho acconsentito alla traduzione, ma li ringrazio di cuore, perché sono contento che a duemila e cinquecento chilometri di distanza qualcuno possa leggere idee e sentimenti nati in una cittadina remota del Salento, qual è Galatina. Pertanto, man mano che mi manderanno le traduzioni, le pubblicherò in questo sito, sperando un giorno di poter incontrare di persona chi gratuitamente sta conducendo una impresa faticosa, la cui unica ricompensa sta nel piacere di rendere partecipi gli altri di quanto si è letto con l’emozione e l’affetto che suscita in noi la memoria delle cose vissute.

 

Gianluca Virgilio

 

 

Pour une nouvelle culture collective


Traduzione di Annie et Walter Gamet


Réfléchir sur la culture citoyenne signifie observer ce qui se passe autour de soi, ne jamais sous-évaluer les émotions, les comportements, les gestes des gens qui risquent d’être de moins en moins spontanés et de plus en plus convenus et encadrés. Ainsi contribue-t-on à l’élaboration d’une nouvelle culture collective, la préservant de toute conception reposant sur la séduction et l’édification, comme des stéréotypes dominants. Malheureusement les politiques locaux s’avèrent de plus en plus incapables de « provoquer » - comme on le dit de la réaction chimique - une telle culture, perdus qu’ils sont dans ce qui occupe une grande partie de leur vie : la recherche de la visibilité - terme qui résume l’individualisme narcissique et autoréférentiel de notre classe politique. Et si l’homme politique perd les trois quarts de sa journée à contrôler chaque matin ce qu’on dit de lui dans la presse locale et à chercher ensuite à en influencer le jugement, l’homme de culture, celui qu’autrefois on qualifiait d’intellectuel, semble tout aussi incapable de peser dans le tissu social ; ce dernier vit encore, comme le Don Ferrante de Manzoni, très solitaire, entre les livres de sa bibliothèque privée, s’adonnant dignement à son travail dans son cabinet professionnel. De bons avocats, de bons professeurs, des ingénieurs et experts de toute sorte, de bons docteurs de toutes sciences, on n’en manque pas dans la cité ! Entre le politique et l’homme de culture, il y a donc cette différence : le premier s’agite - d’autant plus à l’approche des élections - pour donner libre cours à son ambition personnelle, il va de-ci, de-là en quête de consensus, d’approbation, d’applaudissements ; le second cultive son petit jardin de son mieux, publiant une fois par an un recueil de poésies, un roman, un essai ou quelque chose de ce genre, dont il fait régulièrement la publicité dans le Palais de la Culture avec le parrainage de l’Administration municipale et le concours du politique local. La présentation d’un livre, une exposition artistique, un congrès de spécialistes et autres manifestations semblables sont les occasions de rencontres entre la classe politique et la classe intellectuelle, cette dernière y assure la visibilité de l’autre, étalant son propre assujettissement avec complaisance, snobisme dans le meilleur des cas et, démocratie oblige, quelque sens critique toujours assez retenu pour ne pas susciter de mécontentement à l’issue imprévisible. Ensuite, après l’événement - autre mot-clé d’un monde dans lequel politique et culture ont trop longtemps marché main dans la main - , chacun retourne chez soi s’occuper de ses affaires, comme si la cité n’existait pas, comme si elle était un non-lieu à traverser en auto, tout droit vers le Palais de la Culture, sorte de fortin accessible de temps en temps à quelques-uns, comme si la cité n’était pas, ou ne devait plus être, le lieu de notre vie quotidienne et que l’amélioration de ses conditions ne nous concernait pas ; comme si, finalement, la Culture habitait un Palais, et qu’il revienne à quelques citoyens, en moyenne une ou deux fois par mois, d’aller assister à son réveil, pour ensuite la laisser placidement dormir jusqu’à l’événement suivant. Il faudrait se demander une bonne fois pour toutes qui en tire profit et a avantage à conserver un statu quo, dans lequel apparaît évidente l’incapacité, je dirais même l’impossibilité citoyenne d’élaborer une culture collective autonome, ce qui ne veut pas dire esprit de clocher, mais aptitude à répondre aux exigences des habitants de la cité du XXIe siècle. On préfère, en revanche, attendre les propositions de l’extérieur ; elles arrivent  quand cela en arrange certains et sont mises en oeuvre par quelques dizaines d’habitants, sûrs d’en retirer un profit personnel, tandis que l’ensemble n’y participe pas et n’élabore aucun type de culture, si ce n’est celle de l’événement médiatique - pour que la visibilité soit assurée - et celle du profit marchand, quitte à concentrer après coup des formes de protestation stérile quand la carence administrative lèse l’intérêt particulier, corporatiste et catégoriel. Chacun dans ses murs, fort de sa spécialisation à mettre au service, certainement pas du bien collectif, mais de son enrichissement personnel. Chacun pour soi et Dieu pour tous : telle semble être la devise de l’individu-citoyen ; lequel doit se contenter de la culture préfabriquée par quelque opérateur de marketing, qui de son bureau, destine à la cité des formes de spectacle dont le but est le divertissement de masse d’un soir ainsi que le consensus électoral en faveur de quelque personnage choisi en haut lieu par l’appareil des partis en vue des futures élections. Il apparaît alors clairement que la culture de l’événement et de la visibilité est la première responsable de l’effondrement de toute culture collective ; celle-ci, à vrai dire, naît des exigences réelles des gens, elle en exprime le mode de vie urbain, elle intègre l’idée que la cité est le lieu de rencontre entre les hommes qui l’habitent, et non pas un terrain neutre où l’on vit enfermé dans des maisons qu’on ne quitte que pour traverser la ville et aller directement régler ses affaires, ou bien dans son temps libre, pour faire des achats, ou enfin s’adonner à des divertissements imaginés par d’autres, selon l’usage antique résumé dans la formule panem et circenses.

En attendant, dans cette désagrégation du tissu social et culturel, où l’on constate la disparition des partis, mais pas de leur secrétariat avec cohortes de bureaucrates et porteurs de serviette, où l’on ne trouve plus aucune forme d’engagement associatif, paradoxalement fleurissent partis et associations ! Ils sont comme des squelettes sans nerfs et sans chair, des chrysalides dont le papillon a pu naître et mourir sous l’effet d’un insecticide abondamment répandu dans les rues de la cité parcourue de voitures considérées par leurs conducteurs comme le prolongement de l’habitation privée, d’où l’individu regarde le monde dont il se sent de plus en plus étranger au fil des années. L’insecticide répandu à profusion qui a stérilisé les espaces urbains, cette culture de l’événement et de la visibilité, dis-je, génère l’incapacité de penser à ce que pourraient être les biens communs, c’est à dire ceux dont chacun a besoin et qui permettraient de s’élever et d’accéder à une vie meilleure. Combien y a-t-il d’associations reconnues dans la cité, vingt, cinquante, cent ? Autant que dans les partis, il y a dans les associations des présidents et des secrétaires à gogo, tous imbus de leur rôle de chef et sous-chef. Mais ce qui manque, ce sont les adhérents, donc les idées. Les associations en réalité servent à soutirer des sous à la Commune, à la Province, à la Région, institutions pensées comme de grasses vaches à lait qu’il suffit simplement de traire ; et alors autant fonder une association légalement agréée, qui un jour prend les sous et le lendemain les rend au politique concerné sous la forme d’un paquet de voix. En attendant, fleurissent les cercles de burracco et autres du même genre. On vient aussi, paraît-il, de l’extérieur pour jouer en ville. Bon, je ne veux en aucun cas dénigrer le burracco, mais qu’il doive être notre seul titre de gloire, cela me semble un peu exagéré.

Le soir, la ville apparaît pour ce qu’elle est : lieu de passage pour les uns qui se rendent en voiture dans les localités voisines, dortoir pour les autres qui rentrent passer la nuit à la maison et la quittent le lendemain pour rejoindre directement le lieu de travail. Celui qui a de l’énergie en trop à dépenser peut toujours s’inscrire à la gym, à la piscine ou dans une école de danse - on en trouve à foison en ville - , où il pourra prendre soin de son corps, le modeler suivant les clichés de la télévision, dans l’espoir d’y être appelé un jour. Celui qui cède à la paresse ou simplement à la fatigue d’une journée de travail, se contente d’une, deux, trois heures de télé, avant de s’endormir dans un état d’abrutissement dément et désespéré. Et en plus, les jours de fête, celui qui le peut s’évade, à la recherche de quelque loisir loin de la ville, se soumettant même à cinq ou six heures de voiture ; celui qui reste, faute de moyens pour partir, s’ennuie sur les itinéraires balisés d’une promenade de plus en plus passive et aussi privée de sens qu’un rituel aux origines et à la finalité apparemment oubliées et qui, d’ici peu, sera soumise à la vidéo-surveillance. Même les jours du carnaval sont devenus tristes : cette fête collective où autrefois les différentes classes sociales de la cité se donnaient rendez-vous pour se mêler et se moquer les unes des autres, dans un moment de saine régénération communautaire, finit par ressembler à un carême à cause de la désagrégation sociale à l’oeuvre.

Que faire, donc, devant un tel délabrement ? Avant tout, réfléchir sur l’état de la cité, prendre conscience des vrais problèmes, penser que la situation actuelle est, non pas un état de nature immuable, mais le fruit d’une culture faite par des hommes plus tournés vers le profit individuel que vers le bien public ; et ensuite apprendre que la fondation d’une nouvelle culture collective ne passera que par un changement de nos comportements individuels qui, additionnés, pourraient constituer une nouvelle manière d’être ensemble dans la cité. Autrefois, il existait un esprit associatif vigoureux et puissant, une vie collective saine, parfois contradictoire et conflictuelle, il existait beaucoup de vitalité dans les regroupements spontanés, les cercles culturels, les rassemblements de jeunes : la cité avait des représentants politiques au plus haut niveau de la vie nationale. C’étaient les deux faces de la même médaille. Pourquoi - mutatis mutandis, ce qui signifie que je ne suis en aucune façon nostalgique du passé - devrions-nous perdre l’espoir d’un retour de tout cela ?

 

(2008)


Torna su