Programma di Novembre
UNIVERSITA' POPOLARE ALDO VALLONE GALATINA Martedì 5 Novembre, ore 17,45 sala Contaldo : cineforum Belle. La ragazza del dipinto, a cura di Roberta Lisi   Giovedì 7 novembre, ore 17, Lecce,... Leggi tutto...
Si ricomincia...
Dopo la pausa estiva, interrotta dall'Open Day che come sempre ci ha permesso di incontrarci e presentare le nostre attività ad amici e soci vecchi e nuovi, il nostro anno accademico 2019-20 ha... Leggi tutto...
Programma aggiornato di marzo e ordine del giorno della prossima assemblea
A causa dell'assenza di soci e membri del Consiglio Direttivo nella data precedentemente indicata, l'Assemblea dei soci programmata per il 1° marzo è stata rimandata a giovedì 7 marzo alle ore 18,... Leggi tutto...
"La signora dello zoo di Varsavia" al cineforum dell'Università Popolare
La scelta di riservare il primo lunedì di ogni mese al nostro cineforum ci permette di cominciare il 2019 con La signora dello zoo di Varsavia: la scelta di Roberta Lisi, alla quale dobbiamo il... Leggi tutto...
Programma gennaio 2019
Dopo le festività natalizie, le attività dell'Università Popolare riprenderanno lunedì 7 gennaio, col consueto appuntamento col cineforum curato da Roberta Lisi, come sempre programmato per il... Leggi tutto...
Stagione teatrale a Lecce
In allegato il programma della stagione teatrale del Comune di Lecce (teatri... Leggi tutto...
Stagione teatrale a Cavallino
  CITTA' DI CAVALLINO - TEATRO "IL DUCALE" Stagione teatrale 9 Dicembre 2017 -... Leggi tutto...
Finalmente online!
1° Settembre 2010 nasce il sito dell' "Università Popolare Aldo Vallone... Leggi tutto...
Home I mille racconti I mille racconti Quaderno di traduzione 23. Promenades avec papa 2. Le bar Ascalone
Quaderno di traduzione 23. Promenades avec papa 2. Le bar Ascalone PDF Stampa E-mail
I mille racconti
Scritto da Gianluca Virgilio   
Giovedì 03 Aprile 2014 07:17

Traduzione di Annie e Walter Gamet

 

C’est de cette époque que datent mes promenades avec papa, promenades du dimanche matin, dans la campagne autour de Galatina. Les premières fois que j'eus le droit de conduire la voiture, j’accompagnai mon père au bar Ascalone, il y passait deux heures à converser avec des amis et à lire le journal, j’allais le rechercher vers midi à l’heure du déjeuner et, pour lui montrer mon habileté à conduire, je lui imposais un large détour avant de rentrer à la maison. Sa fréquentation du bar Ascalone, pour moi, se perd dans la nuit des temps, quand  Andrea, l’actuel propriétaire, était encore jeune apprenti et que lu Totu, son père, assurait la direction avec sa soeur Lucia à la caisse en alternance avec sa soeur Nena. Famille de pâtissiers, les Ascalone, avec moult diplômes dans de beaux cadres accrochés aux murs, datant du siècle passé, quand la maison Ascalone tenait lieu de cuisine annexe à la riche bourgeoisie agraire de la ville et de tous les environs. Pendant les deux heures dominicales qu’il passait dans le bar, assis près de la caisse, mon père conversait surtout avec les « vieux » Ascalone et de temps à autre avec un client. Je restais quelquefois avec lui, mais je ne tardais pas à m’ennuyer et l'envie me prenait de franchir le seuil du laboratoire où  ne pouvaient entrer que de rares élus : ceux qui y travaillaient et quelques amis de lu Totu. Là, parmi les casseroles encore tachées de crème fraîche ou pâtissière et différents ustensiles, entre le plan de travail et le four toujours allumé d’où émanait une chaleur asphyxiante en toutes saisons, entre deux discussions, lu Totu préparait les délices qui allaient conclure le déjeuner dominical de nombreux concitoyens. C'est vers midi, dès la fin de la messe de onze heures, la plus suivie, à l’église principale voisine, que de nombreux fidèles se répandaient dans le bar contigu au laboratoire ; là, dans un petit nuage de fumée de plus en plus dense, ils attendaient d’être servis : choux à la crème, pâtes brisées, palets de dame, fruttoni et fruttini, arlequins et strudels, pour la jouissance du palais gourmand des Galatinais ; et pendant ce temps-là, ils parlaient de tout et de rien, s’échangeaient des politesses comme on le fait entre personnes qu’une nécessité supérieure amène à se rencontrer, au moins une fois par semaine sur terrain neutre, tout en sirotant l’habituel apéritif agrémenté d’olives et de divers amuse-gueule propres à favoriser par la suite une dégustation plus intense du déjeuner dominical. Dans un tel état de plénitude, qui diable allait oser rompre le charme ?

« Papa, suppliais-je, on y va ? » Alors, s'appuyant sur sa canne et sur moi, mon père saluait tout le monde et, avec l'Unità dans la poche de son pardessus, il prenait congé du bar Ascalone, non sans m’avoir confié au préalable le petit plateau de gâteaux à rapporter à la maison. Après la disparition de la vieille génération des Ascalone, les locaux ont été restructurés, le service de bar supprimé et la pâtisserie a adopté un style mi-Liberty mi-Empire. Dans le même temps, mon père a pris de l’âge et renoncé à sa fréquentation dominicale de la pâtisserie d’Andrea, mais pas aux gâteaux. C'est pourquoi, dans notre promenade du dimanche, pour respecter le rituel, on s’arrête encore devant la pâtisserie et c'est moi qui vais chercher les gâteaux commandés par mon père à Andrea la veille au soir par téléphone avec force salutations.


Torna su