Programma di Novembre
UNIVERSITA' POPOLARE ALDO VALLONE GALATINA Martedì 5 Novembre, ore 17,45 sala Contaldo : cineforum Belle. La ragazza del dipinto, a cura di Roberta Lisi   Giovedì 7 novembre, ore 17, Lecce,... Leggi tutto...
Si ricomincia...
Dopo la pausa estiva, interrotta dall'Open Day che come sempre ci ha permesso di incontrarci e presentare le nostre attività ad amici e soci vecchi e nuovi, il nostro anno accademico 2019-20 ha... Leggi tutto...
Programma aggiornato di marzo e ordine del giorno della prossima assemblea
A causa dell'assenza di soci e membri del Consiglio Direttivo nella data precedentemente indicata, l'Assemblea dei soci programmata per il 1° marzo è stata rimandata a giovedì 7 marzo alle ore 18,... Leggi tutto...
"La signora dello zoo di Varsavia" al cineforum dell'Università Popolare
La scelta di riservare il primo lunedì di ogni mese al nostro cineforum ci permette di cominciare il 2019 con La signora dello zoo di Varsavia: la scelta di Roberta Lisi, alla quale dobbiamo il... Leggi tutto...
Programma gennaio 2019
Dopo le festività natalizie, le attività dell'Università Popolare riprenderanno lunedì 7 gennaio, col consueto appuntamento col cineforum curato da Roberta Lisi, come sempre programmato per il... Leggi tutto...
Stagione teatrale a Lecce
In allegato il programma della stagione teatrale del Comune di Lecce (teatri... Leggi tutto...
Stagione teatrale a Cavallino
  CITTA' DI CAVALLINO - TEATRO "IL DUCALE" Stagione teatrale 9 Dicembre 2017 -... Leggi tutto...
Finalmente online!
1° Settembre 2010 nasce il sito dell' "Università Popolare Aldo Vallone... Leggi tutto...
Home I mille racconti I mille racconti Quaderno di traduzione 26. Promenades avec papa 6. Le Canal de l'Asso
Quaderno di traduzione 26. Promenades avec papa 6. Le Canal de l'Asso PDF Stampa E-mail
I mille racconti
Scritto da Gianluca Virgilio   
Giovedì 01 Maggio 2014 08:53

Traduzione di Annie e Walter Gamet


De la route qui mène aux Padùli, un peu au-delà de la succession des petits champs, apparaissent les courbes que dessinent les roseaux du Canal de l'Asso, œuvre séculaire de bonification du territoire, destinée à collecter les eaux de pluie et à débarrasser les terrains de leurs eaux stagnantes. Une fois par an, au moyen d'une machine très bruyante, une équipe d'agents du service de l'Environnement envoyée par la Province procède à l'élimination des déchets qui s'accumulent dans le Canal, surtout dans les tronçons longeant la route principale, et à la coupe des roseaux qui y poussent florissants. À ces endroits-là, il est facile de déverser de la route des réfrigérateurs, des lave-vaisselle, des téléviseurs et toutes sortes d'objets tombés en désuétude ! J'imagine la faune qui pourrait y vivre sans le passage de la machine du service de l'Environnement, si assourdissante qu'elle effraie toute espèce animale : canards sauvages, petits rongeurs et autres animaux aquatiques. Il fut un temps où même les renards aménageaient leur tanière au milieu des roseaux sur le rebord extérieur. Il ne reste que des grenouilles et des crapauds à l'abri des pierres qui constituent la digue, laquelle cède parfois ici ou là sous l'effet des pluies excessives, inondant la campagne et nécessitant des réparations. C'est justement grâce à cette digue sinueuse que le Canal reste visible en hiver, avec le léger sillon qu'elle forme sur la surface plane de la campagne dénudée. D'après mon père, dans son enfance, à la belle saison, des petits garçons se baignaient dans l'eau du Canal, ce qui aujourd'hui serait impossible, parce que, l'été, autant qu'il m'en souvienne, on n'y a jamais vu un filet d'eau. Encore d'après lui, le soir des milliers d'hirondelles - aujourd'hui plutôt rares – se posaient dans les roseaux pour y dormir. Le Canal a dû avoir une fonction essentielle pour ce territoire, celle d'empêcher la stagnation des eaux et la formation d'un marécage. Padùli, en fait une métathèse du vocable palùdi, est le signe que l'homme s'est approprié le lieu et l'a assaini. Et ce ne sont pas les vore, surtout à la saison des pluies, qui pouvaient suffire, ces gouffres qui s'ouvrent ça et là dans la campagne et engloutissent les eaux charriées vers on ne sait quelle embouchure. Il est certain qu'il ne faut pas s'en approcher, comme chacun le sait, car s'y engager, c'est sceller son destin d'un aller sans retour.


Torna su